Champs devant, réflexions

Le modèle agricole unique est mort, vive les modèles agricoles de demain ! ?

À quoi ressemblera l’agriculture du futur ? Saura-t-on dessiner des modèles agricoles pluriels qui s’adaptent aux spécificités de nos territoires ? La Ruche qui dit Oui ! nous partage ses interrogations et réflexions.

« La conviction qui était la nôtre quand nous avons créé la Ruche qui dit Oui ! il y a maintenant plus de cinq ans n’a pas changé : notre modèle agricole est à bout de souffle. Nous ne savons plus vraiment ce que nous avons dans notre assiette. Les paysans peinent à tirer un revenu décent d’un travail pourtant essentiel. Les crises agricoles et les scandales sanitaires se succèdent, et pendant ce temps, notre dette envers la planète se creuse. Les solutions inventées au siècle dernier – agriculture industrielle, distribution de masse – ne fonctionnent tout simplement plus.

Nous serons dix milliards de Terriens en 2050. Si nous voulons nourrir la planète, il est urgent d’inventer quelque chose de nouveau. Mais quoi ? L’ampleur de la tâche nous dépasse tous. Il y a cinq ans, nous avons décidé d’attaquer le problème par le bout de la distribution : en utilisant la puissance des outils numériques, nous pensions pouvoir ettre sur pied un schéma alternatif qui limite le nombre d’intermédiaires et redonne par la même occasion le pouvoir aux producteurs aussi bien qu’aux consommateurs. Dès le départ, nous voulions voir les choses en grand, nous voulions permettre aux circuits courts de changer d’échelle, de devenir une solution crédible et moderne face à la toute puissance de la grande distribution. Notre réseau compte aujourd’hui près d’un millier de Ruches en France. Nous en sommes très fiers, mais nous savons aussi que la route est encore longue.

Au fil de la construction du réseau des Ruches et des rencontres avec des milliers de producteurs, nos certitudes ont laissé la place à autant de questionnements. À quoi ressemblera le modèle agricole de demain ? En toute humilité, nous n’avons pas – plus – de certitudes. Bien sûr, les pistes existent, dont la plupart ne datent pas d’hier : agriculture bio, circuits courts, agriculture urbaine, permaculture… Mais aucune de ces solutions prise isolément ne suffira à bâtir un système alimentaire juste et soutenable. Il faut continuer à innover. Surtout, nous sommes persuadés qu’il ne peut y avoir de modèle unique : il faut s’adapter aux spécificités de chaque territoire, à son économie, à sa géographie, à son terroir, à ses habitants et à ses traditions. D’une ville à l’autre, d’un village à l’autre, d’un pays à l’autre, les réponses apportées ne peuvent être les mêmes.

Il n’existe pas de solution clé en main. Oublions les querelles de chapelles, la maison brûle, ne regardons plus ailleurs. Le réseau des Ruches est un vaste champ d’expérimentation : notre mission, c’est de donner aux acteurs locaux – agriculteurs, éleveurs, acteurs associatifs ou entrepreneurs – les briques pour qu’ils construisent un système alimentaire juste qui marche pour eux. Ni plus, ni moins, et c’est déjà beaucoup. Régénérer les sols avec l’agroforesterie ? Faire pousser des champignons sur du marc de café ? Des fraises dans des containers en plein centre-ville ? Du quinoa en Anjou ? Se lancer dans l’élevage d’insectes ? Se battre pour la sauvegarde des variétés anciennes ? Nous sommes émerveillés par la créativité dont font preuve les membres des Ruches. Brique par brique, pas à pas, ce sont eux qui chaque jour, inventent l’agriculture de demain. »

L’agriculture sous toutes ses cultures

Découvrez sur le magazine de la Ruche qui dit Oui ! le monde complexe et merveilleux de l’agriculture d’aujourd’hui.

Gardiens de la biodiversité alimentaire

Gwen et Vincent, apôtres de la vache bretonne

Découverte de paysans à l’ancienne qui ont l’avenir devant eux.

L'aventure des néopaysans

Paysans d’un nouveau printemps

Quand les néopaysans se font une place dans les champs.

Les femmes du Château du Coing

Sous les vignes des filles

Dans le Muscadet, Aurore Günther entrechoque les verres et les habitudes.

Compost mon amour

La ferme qui élevait des lombrics

En Île-de-France, une famille de passionnés fait vivre depuis 30 ans une ferme de vers de terre.

La tradition n'a pas que du bon

Labour ne dure pas toujours

Jacky, grand défenseur de l’agriculture de conservation compte bien entraîner du monde dans son sillon.

Offrez-vous le meilleur de oui! magazine (édition 2017)

112 pages pour ne plus mâcher les yeux fermés.

Commander